French Pop Satori

Chroniques musicales (2021) // La pop française va bien, merci !
          Comme l'a écrit le camarade M.Arty dans une collection de quatre articles de notre Webzine, malgré tout, en 2021 « la scène française va bien, merci ! ». Ses papiers étant plus axés sur le rock (quoique...), il fallait faire un point sur la pop, frenchy but chic. Le petit tour d'horizon qui suit prouvera que nos compatriotes (parfois sans labels, la plupart bretons ou normands) sont actuellement en pleine possession de leurs moyens... même s'ils regardent au loin en voulant toujours être ailleurs - tant géographiquement que musicalement (le cadre de la pop classique sera parfois dépassé).
Personnes insensibles aux harmonies vocales, aux arrangements léchés et à l'orfèvrerie, passez donc votre chemin. 


XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
frenchpop_2_500.jpg

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
 

V

E

R

T

I

C

A

L : leur cœur balance


          En 1967, Marie LAFORÊT hésitait entre Manchester et Liverpool. Des décennies plus tard, rien n'a changé, les coeurs balancent toujours. L'indécision de VERTICAL produit de beaux résultats. La solide architecture rythmique des SMITHS, le lyrisme d'ECHO & The BUNNYMEN plus la grâce des PALE FOUNTAINS se ressentent dès l'ouverture de l'album (I wish). Sur la longueur, il ne manque que des refrains fédérateurs pour que le transcendant Tim BOOTH (mentionné dans la biographie avec son JAMES) ait du souci à se faire. Les bretons (au nom évoquant plus un club d'escalade qu'un groupe pop ; une bonne raison pour, un jour, en envisager un nouveau) jouent en rang serré, sans aucune volonté de prendre l'auditeur de haut (seconde raison pour changer de patronyme ? ). Perceptible générosité et sensible envie de partage se retrouvent dans une belle cohésion musicale horizontale

verticalfront.jpg



XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

                                              plus haut

Olivier ROCABOIS : plus loin, 


          Le breton Olivier ROCABOIS a toujours eu un oeil (et surtout deux oreilles) en direction du proche Royaume-Uni de David B., de Paul McC. voire d'Elton J. Même si les refrains se cherchent ici aussi (cf. VERTICAL ci-dessus), le chanteur va aussi loin et haut que possible (High as high) et son premier album n'a pas à rougir aux côtés de l'intégrale de la DIVINE COMEDY de Neil H. Comme chez ce dernier, chaque titre est précieux, harmonieux. Si rien ne dépasse du cadre (c'est propre, soigné), la dimension classique de l'album offre un accueillant cocon-refuge. 
Affaire à suivre...

rocaboisfront.jpg



XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Mick STRAUSS : nouvelle nouvelle vague


          Pour ceux qui aiment trop la country folk et la beat generation, il ne faut surtout pas s'arrêter au pedigree du guitariste co-fondateur de MORIARTY, le franco-américain Arthur B. GILLETTE. Désormais Mick STRAUSS, son premier album offre une belle vague de revival pop... mais pas que. Pour les références et influences, ils sont venus, ils sont tous là (ou presque) ; certains d'outre-tombe : The CURE invitant JOY DIVISION (juste avant le nouvel ordre) à tester des pédales flanger et chorus (Flashback weekend), Peter MURPHY et son BAUHAUS révant de BOWIE singeant Marc BOLAN (Alien libertine), KAT ONOMA se prenant pour Lou REED en voix de tête (The way we love), les claviers fou-fous de GRANDADDY (Close your eyes) ou DEVO (Sin under our skin), The LORDS OF THE NEW CHURCH dans un western gothique flamboyant (Frozen hands) et même Daniel JOHNSTON, bien imité dans ses déraillements vocaux (Alien libertine) - well done ! Si l'on frôle parfois le hors-jeu (Brian MOLKO n'est souvent pas loin et le chant paraîtra peut-être emprunté pour certains auditeurs, au premier abord), l'ensemble se digère pourtant bien : production sans failles, maîtrise technique (qui a dit application ? ), arrangements soignés, mélodies entêtantes.
Pop-rock ? Glam pop ? New cold wave (pas si cold que cela) ? Qu'importe l'étiquetage, les plus perspicaces auront compris que le carcan de la pop à papa a été dynamité dès la première écoute.

straussfront.jpg



XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

The REED CONSERVATION SOCIETY : Three EP's


          Ceux qui auraient tant voulu vivre en Angleterre dans les 60's pour mieux regarder la Californie ajoutent un nouvel EP à leur discographie autoproduite (quelqu'un à des nouvelles des maisons de disques ? De leurs directeurs artistiques ? ). Toujours aussi raffinée, la baroque pop boisée de The REED CONSERVATION SOCIETY saura ravir toutes celles et ceux qui vénèrent les harmonies vocales des garçons de plages, le psychédélisme barrettien (sans les remontées d'acide toutefois) ou Le Village vert, autant celui des frangins DAVIES que le feu label hexagonal. 
La réunion de leurs trois disques dans un coffret vaut tout l'or du monde et quel régal pour les yeux que ces pochettes peintes par Barbara CHWAST !

trcs3eps.jpg
trcs3eps.jpg, by Bingo



XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Jean-Emmanuel DELUXE & FRIENDS : Rouen City pop


          Évoquer Rouen, c'est forcément penser DOGS ou galaxie des Frères TANDY, Éric et Gilles. Mais cette ville n’est pas uniquement rock, elle est également très pop (cf. Xavier BOYER et son TAHITI 80). Sur son propre label (Martyrs of Pop), Jean-Emmanuel DELUXE a sorti l'ambitieux et conceptuel Rouen dreams. Avec ses ami(e)s, dont les chanteuses Helena NOGUERRA et APRIL MARCH, les producteurs-musiciens Bertrand BURGALAT et Don FLEMING ou encore l’immense Sean O’HAGAN (de MICRODISNEY et des HIGH LLAMAS, excusez du peu ! ), le journaliste-auteur-performer-chanteur et musicien propose un voyage intérieur, de Rouen jusqu’à Hollywood (ou alors est-ce l’inverse ? Qu’importe ! ). Baroque, toujours érudite, légèrement psychédélique et - bien évidemment - très orchestrale, la forteresse pop du Sieur DELUXE rapproche Gilbert O’SULLIVAN de Brian WILSON. 

deluxefront.jpg
deluxefront.jpg, by Bingo

P.S : article et interview de Jean-Emmanuel DELUXE à propos de son livre
French new wave 1978-1988, une jeunesse moderne (Fantask, 2021).

 

bingO

(10 septembre 2021)

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

frenchpop1_500.jpg

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
VERTICAL – Something for you (Autoproduction, 2021)
Mick STRAUSS – Southern wave (Air Rytmo, 2021)
Olivier ROCABOIS – Olivier Rocabois goes too far (Acoustic Kitty, 2021)
The REED CONSERVATION SOCIETY – EP3 + coffret (Autoproduction, 2021)
Jean-Emmanuel DELUXE & FRIENDS. Rouen dreams (Martyrs Of Pop, 2018/2021)

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Pour prolonger...

Dans nos archives sonores :
Rock à la Casbah #742 (30/06/2021)
Rock à la Casbah #740 (16/06/2021)
Rock à la Casbah #738 (02/06/2021)
Rock à la Casbah #729 (30/03/2021)
Rock à Rouen dans Rock à la Casbah #519 (28/10/2015)
Hommage à Vincent DENIS (Les RYTHMEURS, Rouen) dans Rock à la Casbah #722 (09/02/2021)

Dans nos archives écrites :
Série La scène française va bien, merci ! par M.Arty :
- HOORSEEES lâche les chevaux (27/04/21)
- PONTA PRETA : sous le soleil exactement (07/04/21)
- MAD FOXES : la prophétie des grenouilles (27/05/21)
- UNSCHOOLING à bonne école (06/07/21)
- Nouvelles vagues : interview de Jean-Emmanuel DELUXE (09/11/21)

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
Photographies : bingO
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX