Utro

Third Album (Talitres) // par Nicolas Gougnot

Ça y est, le Proche-Orient est de nouveau au bord de la guerre mondiale. Les Arabes ont envie de bouffer de l’Arabe trop copain avec les Persans, à moins que ce ne soient les sunnites qui ont envie de se faire du chiite ; le Premier ministre d’un pays en équilibre précaire ne rentre pas chez lui après minuit et le Hezbollah affûte ses roquettes ; une demi-douzaine de pays de la région ne sont plus qu’un tas de ruines fumantes, et Poutine félicite, pour ses succès dans la lutte anti-terroriste, le petit El Assad, celui qui joue à La Chimie Amusante mais qui dit que c’est pas vrai c’est pas lui, il a trop peur de se faire gronder ; les Kurdes se sont bien fait niquer, maintenant qu’ils ne sont plus très utiles contre Daesh, on les laisse se démerder avec les Turques, après-tout, on y comprend rien, à leurs histoires, et puis chacun ses problèmes. La Catalogne n’est pas dans la région, mais elle n’a pas démérité.

Ça y est, les traditionnelles démangeaisons postélectoranales commencent à devenir chaque jour plus douloureuses, et les applications de pommade au verre pilé ne semblent guère efficaces.

Ça y est, l’hiver est bien installé. Quand le brouillard se lève, il ne fait que se soulever de quelques mètres. Le plafond nuageux, bas, très bas, douche, parfois au sens propre, tout espoir d’une vue dégagée vers un avenir radieux. On pourrait en écrire des tartines.

Ça plombe un peu, même si il y a les apéros avec les copains (mais demain faut se lever), un peu de neige qui est annoncée (mais t’façon, elle va fondre et ça va faire de la bouillasse) et la douce chaleur du feu dans le poêle (mais merde faut sortir chercher du bois).

Dans un si morose tableau, Утро (prononcer Utro, comme le procès) paraîtrait presque gai. Un troisième album guillerettement baptisé Third Album, une pochette joyeusement grisouille, ornée de trois boîtes, telles les urnes funéraires des Trois Ours de Bouton d’Or. L’étui du vinyle est d’un riant marbre sombre dont on fait les pierres tombales. Les incantations en russe, mixées avec pas mal de reverb, accompagnent gaillardement une section rythmique tristement sautillante. Quelques touches de guitare ou de clavier de ci, de là, enfoncent le dernier clou de la mise en bière. Talitres vendra assez peu de cet album à Bora-Bora. Third Album est la bande-son idéale d’un automne en phase terminale.
 
Утро - Что-то не то творится - Utro - Something is going wrong [OFFICIAL AUDIO], by Laetitia