SUR NOS PLATINES

Les disques de la semaine // par bingO

1 / BIG THIEF – Two hands  – 4AD (2019)
 
r-14245127-1570630809-1425.jpeg.jpg
r-14245127-1570630809-1425.jpeg.jpg, by Laetitia

Originaire de Brooklyn, ce groupe distille depuis 2015 un rock d’obédience plutôt folk, americana. 
Après deux albums remarqués chez Saddle Creek, les voilà désormais dans l’écurie 4AD (qui depuis le 29 décembre dernier pleure le regretté et génial graphiste Vaughan Oliver). 
En 2019, avec 8 mois d’écart, deux albums (très différents l’un de l’autre, mais totalement complémentaires) sont sortis. En les découvrant ensemble (ce que l’on vous conseille fortement), on ne peut s’empêcher de faire des ponts, des parallèles.
Paru en second, Two hands nous emmène sur les terres sauvages et indomptées du CRAZY HORSE 
(cf. sur notre webzine le long et passionnant article d’Eric F. sur le Colorado du toujours jeune Neil) et se rapproche ainsi du Viva last blues de PALACE MUSIC. En plein automne, le groupe lâche les chiens et la chanteuse Adrianne LENKER évolue en toute liberté, telle une Courtney BARNETT du mid-tempo (Forgotten eyes). L’envie d’exprimer sa rage (Not, formidable hit) est d’autant plus compréhensible que l’album précédent (cf. ci-dessous) s’inscrivait dans une esthétique musicale de la retenue, du contrôle. 
 
Big Thief - Not (Official Audio), by Laetitia

2 / BIG THIEF – UFOF – 4AD (2019)
 
r-13570466-1556715382-2744.jpeg.jpg
r-13570466-1556715382-2744.jpeg.jpg, by Laetitia

Sur certains titres de l’hivernal UFOF une voix mutine se pose sur de la folk éthérée, à la limite du slow core, un peu comme si Stina NORDENSTAM (quelqu’un a des nouvelles d’elle ? ) remplaçait Mark KOZELEK dans RED HOUSE PAINTERS (cf. ci-dessous). Sur d’autres, on pense à la sensualité évanescente de Kate BUSH, de Jane BIRKIN ou de COCTEAU TWINS (UFOF), puis BIG THIEF emmène sa country chez le chaman (Cattails, From), avant le retour à New York chez Tatie Suzanne VEGA (Betsy). Autant aérienne que charnelle et parfois très en avant dans le mix (Century), la voix d’Adrianne projette son groupe dans une dimension plus pop (Strange).
 
Contact, by Laetitia


3 / RED HOUSE PAINTERS – Down colorful hill – 4AD (1992)
 
r-1714170-1544649907-4156.jpeg.jpg
r-1714170-1544649907-4156.jpeg.jpg, by Laetitia

Au sommet dès le premier album, la bande de Mark KOZELEK joue au ralenti mais avec une puissance incroyable. En écoutant successivement leur Medecine bottle et le Contact de BIG THIEF, on comprend alors le nom du quartette de Brooklyn (cf. ci-dessus)...
 
Medicine Bottle - Red House Painters, by Laetitia