SINGAPORE SLING EN LIVE

« Les Islandais de Singapore Sling, tête d'affiche de la soirée Underground Transmission » // par Super Poncho
Singapore Sling | La Maroquinerie – Paris  | 30 janvier 2016
 
Vingt-quatre heures seulement après le récital des Night Beats, me voilà déjà de retour dans l'amphithéâtre de la Maroquinerie pour le concert des Singapore Sling. Egalement à l'affiche de cette sixième soirée Deep d'Underground Transmissions, le Jabberwocky Band, que j'avais découvert avec leur envoutant EP Rituals (Warpaint, quelle chanson !) Et pour compléter le line-up, les Allemands de Tau.
 
C'est parmi une audience clairsemée que j'arrive. Le Jabberwocky Band est en place et en entendant les ultimes notes de leur set, je me mords les doigts de ne pas être arrivé avant ! Revenez vite et promis, cette fois-là, je viendrai au premier rang !
Arrivent ensuite les Allemands de Tau, qui pendant un peu moins d'une heure vont professer une sorte de rite chamanique, illustré par ce magnifique light liquid show projeté en arrière-scène. Auteurs de longues fresques sonores aux accents tribaux, les Berlinois envoûtent leur auditoire. Une boite à rythme, une guitare électro-acoustique sonnant comme aucune autre, des pédales à effets et surtout un percussionnistes habité ! Voilà la recette d'une performance singulière, aboutie et marquante!
 
A 21h30, c'est le moment tant attendu, l'arrivée des Singapore Sling. Les cinq Islandais viennent défendre "Psych Fuck". Pour tout vous dire, je ne suis pas un grand fan de ce dernier album, le trouvant bien en deçà des premiers, héritier du grand froid des Jesus and Mary Chain.
Malheureusement, hier soir, le cocktail n'était pas bon. Le concert est mené sur le mode automatique, le groupe se contentant d'assurer le strict minimum. En fait, ce concert apparaît comme la suite logique de leur dernier album, avec un groupe en roue libre, sans grande inspiration.
Les ultimes titres, plus rythmés, avec des musiciens plus concernés, permettent d'enfin montrer le potentiel du groupe ! On pense notamment à la chanson AEJL ou à leur titre le plus connu My Life is killing my rock ! Avec ce concert, j'ai quelque peu l'impression que c'est le rock qui a quelque peu usé le groupe...
 
C'est frustré que je ressors de la salle avec le sentiment d'avoir raté le groupe le plus intéressant de la soirée et surtout d'avoir misé un peu trop sur les Singapore Sling ! Reste la découverte Tau ! Et au fond, n'est-ce pas ça d'aller en concert : prendre le risque d'être déçu tout en espérant voir des groupes se sublimer ?