Rock&Foot #02 : Un big bang sans lendemain (Équipe type, février-mars 2022)

Chronique sportive (2022)
          Rock et foot vont souvent bien ensemble. Notre sélectionneur M.Arty a concocté une équipe de sortie d'hiver. Mais parfois, les étoiles ne brillent plus.

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
foot_2_500.jpg

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

          Je vous rappelle le concept en deux mots : l’idée est de parler football et tactique tout en sélectionnant des artistes diffusés sur nos ondes dans le mois qui vient de s’écouler. Si j’avais ouvert cette rubrique par la tactique folle de l’entraîneur Argentin, Jorge SAMPAOLI, à l’OM, je vais poursuivre avec l’ennemi intime : le PSG. C’est également un Argentin qui officie sur le banc de touche des Parisiens. Mais avec Mauricio POCHETTINO, il est difficile de parler de tactique. Nous devons plutôt penser management de stars et d’égos.
L’organisation la plus reconduite depuis des années par les parisiens reste le 4-3-3, soit quatre défenseurs, trois milieux (dont un récupérateur devant la défense) et deux relayeurs qui jouent le rôle de ciment pour l’équilibre de l’équipe. Devant, il y a trois stars qui font un peu ce qu’elles veulent.

Une starlette dans les buts

Dans les buts, le PSG fait confiance à deux gardiens de classe internationale, un vieux et un jeune. J’ai décidé de vous parler de l’italien DONNARUMMA, élu jeune gardien de l’année en 2021. Son envergure et son flegme sont impressionnants. Tout le monde se l’arrache alors qu’il n’a pas prouvé grand-chose. C’est un peu l’impression que me laisse l’écoute du premier album des jeunes premiers (17 ans de moyenne d’âge) de Brooklyn : GEESE. Si certains titres laissent entrevoir un grand talent, l’album n’est pas encore à la hauteur de la hype qui les entoure. Comme le jeune italien, GEESE signe son premier LP sur une major Partisan Records et voit la presse lui dérouler le tapis rouge.

Une défense à deux

Le PSG s’appuie sur une défense à quatre, avec deux centraux emblématiques. Il y a le brésilien MARQUINHOS, le capitaine irréprochable dans l’engagement. C’est un seigneur, humble et jamais mauvais. À l’opposé de l’image du club, MARQUINHOS n’est pas dans le strass et les paillettes. Il semble logique de penser aux disques de BIG THIEF qui ne déçoivent jamais et qui dégagent tellement d’authenticité et d’humilité.
À ses côtés, le titi parisien KIMPEMBE apparaît comme le guerrier un peu bourrin mais toujours dur dans les duels. Ce rôle ne peut échoir qu’à SWAMI JOHN REIS et son premier album solo. Le leader emblématique des ROCKETS FROM THE CRYPT sort les gros effets de guitares et dégaine un punk garage uppercut.
Au PSG, les latéraux ne sont pas des défenseurs. Ils sont des ailiers (attaquant sur les ailes) à qui l’on demande de défendre. Exceptionnels pour déstabiliser les adversaires, que ce soit le jeune marocain HAKIMI ou le jeune portugais MENDES, ils ne savent pas défendre. Souvent dépassés et mal placés, ces joueurs doivent grandir tactiquement. Dans mon équipe, je confie ces rôles aux lyonnais de JOHNNY CARWASH et aux anglais FOLLY GROUP. Ces deux groupes nous enthousiasment avec des albums offensifs mais qui demandent confirmation.
 
foot_500.jpg


Los BITCHOS, la BO d’une caméra isolée sur VERATTI

Devant la défense, l’entraîneur Argentin positionne une sentinelle chargée de détruire les attaques adverses, soit par la faute, soit par la récupération du ballon. Ce joueur doit avoir du vice. Il a pour mission secrète de faire dégoupiller l’adversaire (le pousser à peter les plombs, synonymes de carton rouge). Si à Paris, c’est PAREDES qui brille dans le rôle de chien de la casse, dans cette nouvelle équipe type, ce seront les australiens de KING GIZZARD & The LIZARD WIZARD & TROPICAL FUCK STORM qui s’associent le temps d’une soirée pyjama pour sortir un EP vicieux, chaotique et horripilant (sonorité multiples, empilées associé à des hurlements).
Devant, on trouve le milieu Italien VERATTI. Du haut de son mètre soixante, il ne perd jamais le ballon et transforme des situations inextricables en occasion pour son équipe. Son défaut ? Il gueule après l’arbitre et n’a aucune endurance. Les filles de Los BITCHOS, avec leur rock instrumental sautillant, pourraient écrire la BO d’une caméra isolée sur l’Italien. À l’inverse, GAYE, le sénégalais, possède trois poumons et s’occupe de compenser tous les errements de ses collègues. Sans jamais rien réclamer, il fait son job.  Un peu comme Les SHERIFF qui après plus de 20 ans de carrière continuent d’être l’un des meilleurs groupes de punk français.
Pour terminer la composition, je ne peux plus parler tactique mais je dois parler politique. POCHETTINO (l’entraîneur) est dans l’obligation de poser sur chaque feuille de match les noms des joueurs que le propriétaire paye chère : MESSI l’icône racorni, NEYMAR l’enfant pourri et le prodige français MBAPPÉ.

À l’inverse de MESSI, Mark LANEGAN a tiré sa révérence

Une jambe cassée est ce qu’il aurait pu arriver de mieux à MESSI. Stopper sa carrière phénoménale au sommet de sa gloire. Malheureusement pour lui, il a opté pour l’argent et il est venu se faire siffler au PSG. Ces derniers mois, nous avons accueilli avec beaucoup de tristesse la mort du grand Mark LANEGAN dont le destin lui évitera à jamais de faire l’album de trop.
NEYMAR, avant d’être une série sur Netflix a été un joueur de foot. Capable de geste magique et improbable, le Brésilien suscitait autant l’admiration que l’agacement. L’écoute de Concorde le nouvel album du collectif anglais BLACK COUNTRY NEW ROAD me laisse la même impression qu’un match de NEYMAR. Je leur souhaite un meilleur futur que le Brésilien.
Longtemps PLATINI s’est un peu moqué de MBAPPÉ (l’égo des grands) en affirmant qu’il ne suffisait pas de courir vite pour être un grand joueur. Le francilien l’a fait mentir. Un peu comme les australiens de SKEGSS que l’on pourrait facilement ranger dans la case des punks à roulettes potaches, mais à l’écoute de leur dernier single on se rend compte que ce groupe est bien plus que ça. Affaire à suivre...
 


M.Arty, sélectionneur

(29 mars 2022)

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
foot_equipe_type_fev-mars.jpeg

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Dans nos archives écrites :

Rock&Foot #01 : Droit au but ! (Équipe type, janvier 2022)

Dans nos archives sonores :
Rock à la Casbah #762 (02/02/2022)
Rock à la Casbah #763 (09/02/2022)
Rock à la Casbah #764 (16/02/2022)
Rock à la Casbah #765 (23/02/2022)
Rock à la Casbah #766 (02/03/2022)
Rock à la Casbah #768 (16/03/2022)

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
Photographies : bingO
Montage : M.Arty
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX