En fouillant dans les bacs #48

Damien Done « Charm offensive » 2018 // Par Miguelito Lovelace

Les trajectoires personnelles dans le monde du rock réservent toujours leur lot de surprises. On a ici un type, frontman d'un groupe hardcore US qui décide de se lancer en solo. Et comme souvent se pose la question de savoir quelle voix suivre : une carrière à la crooner, un tournant commercial, ou une virée dans le monde du folk ou de l'americana ?
Rien de tout ceci avec Damien. Après son groupe As Friends Rust, typique du punk hardcore des 90's, il choisit de se frotter à un genre périlleux en se lançant à corps perdu sur les traces qu'avait arpenté Nick Cave en son temps.

Pop décadente matinée de subtiles influences post grunge, voici la recette de Damien. Il ne fera jamais un tube au hit parade, un peu comme son compère Mark Lanegan, mais lui aussi décide pour le meilleur de ralentir le tempo, d'écouter ses démons intérieurs et de laisser parler ses influences cold et post punk.

On a donc des morceaux certes bien produits mais parfois sur le fil du rasoir sans être geignards qui convoquent les fantômes de la new wave dite sérieuse. On a aussi une pochette à l'humour décapant qui te tape directement à l'oeil quand tu tombes dessus.
Allez Damien, encore un petit effort et le prochain skeud tu le feras avec Lydia Lunch et Rowland S Howard et ce sera un chef d'oeuvre, promis juré !
 
damien done - the freeze, by Laetitia