En fouillant dans les bacs #35

Bed Bunker – Delays Breeds Danger (Beast Records 2016) // Par Miguelito Lovelace
Loin des clichés que certains mal pensants pourraient associer au style garage, les Bed Bunkers de Rennes se tiennent à un style qui, même s'il n'a pas inventé l'eau tiède, les rend quand même très reconnaissables par rapports aux collègues.
Alors oui c'est garage comme souvent avec les sorties Beast Records, mais pas que : les claviers et la boite à rythmes nous rappellent un post-punk énervé. Sur Escape Myself on a même droit à un petit farfisa qui structure un morceau habité par un chant digne de Ian Curtis.
Guitares pêchues, chant en anglais, gros solos avec un son Sisters of Mercy, le combo pioche allègrement chez les pré-gothiques ou batcave sans jamais copier leurs (trop) nombreux défauts.
Et comme souvent dans les groupes qui ont electronisé leur son (en voilà un putain de néologisme à la con) l'absence de basse ne se fait pas sentir, et ça c'est bon signe...
Plus les titres défilent plus je me dis que ce skeud a tout de la bonne pioche. Au début on se dit qu'on va laisser sa chance au produit, et à la fin on se demande pourquoi on ne les vois pas partout. Hein ma bonne dame je vous le demande... Surtout que leur facebook indique une tournée février/mars qui les conduira aux quatre coins de la Bretagne, et un peu aussi en France.
Me demande si je vais pas demander l'asile climatique dans cette rieuse contrée (la Bretagne, pas la France vous m'aurez compris)....
 
26815517_1578842395518111_4344655489234128079_n.png
26815517_1578842395518111_4344655489234128079_n.png, by Laetitia

BED BUNKER I know My Pain FROM the album "Delay Breeds Danger..." Beast Records, by Laetitia