Ce que je retiens de 2019

3 / #Melbourne Rules - part II // Par Julien Marty
Du côté de Melbourne, nous devons parler de 3 labels qui comptent. On ouvre avec le jeune Roolette records, créé en 2017, qu’il faut suivre de près. Poursuivons avec la valeur sûre Anti-Fade Records a qui l’on doit la claque Exek qui est venu tourner en France, les Vintage Crop dans un style plus offensif et la pop garage de Parsnip dont vous allez entendre parler en 2020 c’est certain avec leur nouvel album “When the Tree Bears Fruit” également signé sur le label Trouble In Mind Records.
 
EXEK - Unetiquetted (Video Clip), by Laetitia

On termine avec le label underground historique, Flightless, découvreur de King Gizzard qui cette année à produit le groupe sensation de 2019 avec Tropical Fuck Storm qui mêle une pop rock racée et déconstruite dont le titre "Who’s my Eugene" s’est gravé dans mon cortex pour pas mal d’années.
 
Tropical Fuck Storm - Who's My Eugene? (Official Video), by Laetitia

Notons avec un peu de fierté que la plupart de ces groupes ont touché nos platines grâce au boulot de labels français tels que SDZ à Paris, Future Folklore Records à Grenoble/Chambery ou Six tonnes de chair vers Genève.
En plus d’avoir découvert The Shifters l’année dernière, Parsnip cette année, le label Future Folklore à produit un des groupes les plus étranges de la scène Australienne avec U-Bahn. L’album explore le synthé punk minimaliste des années 80 soutenu par une voix perchée aux rythmes chaotiques dans la droite ligne de légende telle que Devo ou Bowie.
 
U-Bahn - 'Beta Boyz', by Laetitia