Ce que je retiens de 2018

Une vague Shoegaze déferle sur la France
Vous vous souvenez tous de la vague rock garage à tendance psyché qui nous venait principalement de l'Ouest avec les bretons de Sapin, Madcaps, Kaviar Special, Regal, ..... Le son du rock français était résolument garage. Plus ou moins lofi, parfois punk ( Departure Kids, Mountain Bike,...), un peu blues (Versatil Monster, Chouette) et souvent psyché (Os Noctambulos,...). Une majorité des groupes émergents avaient les yeux rivés sur la Californie et le son de Ty Segall, The Growlers ou Kevin Morby. 
2018 a marqué un véritable tournant nineties dans le rock français avec un retour en force du shoegaze, du son de la fender et de l'ampli Marshall.
L'engouement vire même à l'adulation en cette fin d'année avec le premier LP des lyonnais de Brace! Brace! sur le label parisien Howlin Banana. Le quintet réussit le pari de réunir une pop foutraque très inspirée par Mac de Marco (en particulier les guitares indolentes et exotiques) et l'univers shoegaze porté par Dinosaur Jr et compagnie.
 
Brace ! Brace ! - Whales, by Laetitia

Toutefois, Brace ! Brace ! n'est absolument pas un ovni sur la scène musicale francophone actuelle puisque les parisiens de Brian's Magic Tears eux aussi enfoncent les codes des nineties dans leur album "4AM" sortie sur le label Born Bad Records (qui a un talent pour flairer les tendances musicales). Moins pop et beaucoup plus inspiré des rockeurs nineties de l'époque tel que Fugazi, Smashin Pumpkins et consorts le groupe nous livre des ouhouh en sourdine dans un son qui n'est pas sans rappeler le dernier album de H-Burns ou plutôt 51 Black Super (groupe rock récréation de H-Burns) qui revendiquait déjà en 2017 le son des année 90 haut et fort.
 
BRYAN'S MAGIC TEARS - GHETTO BLASTER (OFFICIAL VIDEO), by Laetitia

Si on enlève la Bretagne, c'est Bordeaux qui reste la ville pourvoyeuse de rock en France. Nous avons donc vu débouler TH Da Freak et sa weird pop Lofi nineties ,sorte de grand écart audacieux entre Pavement et Ty Segall. Le groupe magnifie l'iconographie de l'époque de Nirvana, Fugazi et Sebadoh avec des vidéos et images très granuleuses façon VHS sans oublier les bonnes vieilles chemises canadiennes que l'on osait plus enfiler.
 
TH da Freak - Peeling The Onion, by Laetitia