#1 - Bing ! Bang ! Pow !

Eternelles Demoiselles

Dans la vie quotidienne, peut-on être à la fois puissant et subtil ? Lourd et léger ? Pas évident de conjuguer force et finesse... Mais si cela est possible pour de la moutarde, pourquoi alors ne pas l’envisager pour un quatuor de rock music ? Depuis leurs débuts et l’album Pod (4AD, 1990), c’est ce que The Breeders arrivent brillamment à faire.

Nombreux changements de line-up, soucis narcotiques ou projets musicaux parallèles (et pas des moindres : Pixies quand même !!! ) ont imprimé un rythme singulier à leur activité : à une parution de disque succède une période d’arrêt, parfois longue. Puis reprise, production d’un hit qui rend dingue la planète entière (« coo coo ! », c’est Kim Gordon from Sonic Youth et Spike Jonze qui ont réalisé le vidéo-clip de Cannonball) et nouvelle pause quelques temps après. Un peu comme un effet stop & go parfois utilisé dans leurs chansons.

Sorti chez 4AD, All nerve est le cinquième album des Breeders. Kim et Kelley Deal, Josephine Wiggs (qui se souvient ici de The Perfect Disaster ? ) et Jim Mc Pherson ont reformé l’équipe championne de 1993 (Last splash, 4AD) et le résultat est plus que surprenant. Certainement l’album le plus cohérent et qui tiendra le plus la distance.

Vocalement, les trois filles ont gagné en maîtrise, mais maturité et technique n’empêchent nullement le lâcher-prise. Rêches, nerveuses, abrasives et sucrées, les entêtantes mélodies gouvernent. Basse et batterie sont puissantes, lourdes, mais jamais lourdingues, ni grasses. Elles sont sonores, mais aussi caressantes. Quant aux guitares des frangines, elles nous taquinent, titillent l’oreille, surgissent brutalement pour servir un refrain furibard et nous emmener vers la bestialité, puis, se relâchent, se calment, se reposent... tel un dragon sur les berges d’un lac gelé (All nerve, Walking with a killer).

 

The Breeders - Nervous Mary (Official Audio), by Julien

Réellement nées sous le signe des gémeaux, les demoiselles de Dayton auront 57 ans en juin 2018. Difficile à croire, n’est-ce pas ? Tout en sensualité sauvage, Kim et Kelley chantent aujourd’hui comme si elles avaient, encore et pour toujours, 14 ans. C’est à cet âge-là qu’en 1978 la londonienne Donna Boylan prend un micro, devient Honey Bane et fonde le groupe ‘Fatal’ Microbes, dont batteuse et guitariste sont les enfants de Vi Subversa (chanteuse des Poison Girls et maman punk). ‘Fatal’ Microbes ne durera pas longtemps. Seuls trois titres seront gravés en 1979 sur un 45t chez Small Wonder Records. On peut retrouver son titre phare (Violence grows) sur le sublime, riche et indispensable coffret Action Time Vision : a history of UK independent punk 1976-1979 (Cherry Red Records, 2017). Intro de basse, tension sourde qui monte progressivement et juvéniles harmonies vocales finales auraient pu être l’oeuvre des sœurs Deal. Tout comme les deux autres titres où priment rapidité, urgence vitale (Cry baby), éruption électrique (Beautiful pictures). Telle une plante, la violence croît, grandit, pousse. Sous-jacente puis palpable, elle n’est ici jamais gratuite.

 

Fatal Microbes - Violence Grows, by Julien

bingO, 08 mars 2018.

 

[Complément sonore : émission Rock à la Casbah#614 du 07/03/18]

 

Références :

The Breeders. All nerve (LP). 4AD, 2018.

Fatal’ Microbes. Violence grows (EP). Small Wonder Records, 1979.

Action Time Vision : a history of UK independent punk 1976-1979 (4 CD). Cherry Red Records, 2017