ECOUTE EXCLUSIVE TREMOLOVE

Overwhaleming
Bon. Ce n’est pas forcément la côte Ouest à laquelle vous pensiez. Mais à deux trois détails près c’est tout comme. Bienvenue en Ille-et-Vilaine. Et plus précisément à Saint Malo. C’est à peu près ici que Tremolove a posé le décor de son premier album, Overwhaleming dont le contenu prouve que l’on n’a pas besoin de s’appeler les Allah-Las et de parader dans un joli combi Volkswagen couleur pastel pour envoyer du rêve.

Duo de Nantais, Pierrick Veillerobe et Aurélien Gérard, potes depuis le lycée et la vingtaine au compteur, ont recherché sur la plage, dans le sable, sur la planche, des sensations. Résultat ? Un premier album qui sortira vendredi sur leur bandcamp et qui devrait vous insuffler l’envie de faire un peu de tourisme chez les malouins. Et de fantasmer sur une bonne session de surf parce que là-bas, y’a pas de vagues. En revanche, Overwhaleming, lui, mériterait d’en faire : véritable spring break à lui tout seul, cet album vous embarque illico avec une bonne voix bien branleuse et 9 titres garage surf garnis de guitares sixties et d’un clavier envoûtant.

De l’imparable "Whale Whale Whale" (qui rappelle à quel point on a aimé se trémousser sur La Femme) à "Das Ist Garaj" qui titille T-Rex pour une épopée glam dans les rouleaux ou "Avalanche de Dauphins" qui fait flirter The Surfaris et les quelques 300 grands dauphins qui transitent dans la Baie de Cancale, en passant par "Hawaiian Goldfish Seasick Blues", hymne surf par excellence (l'histoire d'un type qui se sent plus car il vit là-bas mais bon il ne sait pas surfer) ou encore l’irrésistible "Saint Malo Mon Amour", qui fait l’analogie entre une ville touristique et une relation amoureuse, parfois surchargée et rayonnante et parfois triste et ennuyeuse, ce disque est un GROS COUP DE CŒUR.